Tricher aux examens : un mauvais calcu

Tricher à ses examensTricher aux examens : un mauvais calcul

Si la fraude aux examens a toujours existé, le phénomène semblerait s‘amplifier ces dernières années, amenant les ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur à prendre des mesures renforcées.

Pourquoi les tricheurs trichent-il ?

Autant de tricheurs, autant de motivation, mais globalement, on peut diviser les raisons de tricher en trois grandes catégories :

  • Par manque de travail: tricher semble alors la seule solution pour réussir à l’examen ;
  • Par peur d’échouer : alors même qu’ils pourraient réussir, certains trichent par manque de confiance en eux ;
  • Par jeu : c’est le risque d’être pris qui rend la triche excitante pour certains.

 

Les techniques utilisées pour tricher

Les fraudeurs débordent d’imagination pour tricher et n’hésitent pas à avoir recours aux nouvelles technologies pour parvenir à leurs fins. Les méthodes les plus utilisées consiste à :

  • Avoir des antisèches dans la trousse
  • Copier sur son voisin ou lui demander des informations
  • Poser son cahier sur les genoux
  • Se servir de son téléphone
  • Se faire remplacer
  • Obtenir les sujets à l’avance
  • Plagier

Les méthodes anti-triche

Face à la recrudescence de cas de fraudes, les précautions prises pour lutter contre le phénomène se multiplient et s ‘intensifient :

  • une présence renforcée de surveillants dans les salles d’examen
  • la généralisation des détecteurs de téléphone portable
  • la diffusion d’avertissement oral en début d’épreuve rappelant les risques encourus
  • des mesures de sécurité renforcées pour protéger les sujets avant l’examen (généralisation des clés USB codées, etc)
  • l’utilisation de logiciel de détection de plagiat

 

Les risques

Le risque est de se faire prendre. Et dans cette hypothèse, les sanctions sont sévères et lourdes de conséquences. En cas de fraude aux examens, le tricheur s’expose à deux catégories de sanctions : l’une à caractère disciplinaire et l’autre pénale.

>> L’infraction étant un délit, la sanction pénale encourue peut aller jusqu’à une peine d’emprisonnement de trois ans et /ou une amende de 9 000 euros. Les sanctions sont encore plus importantes en cas d’usurpation d ‘identité.

>> D’un point de vue disciplinaire, la sanction peut être un simple avertissement, un blâme, une exclusion temporaire ou définitive de tout établissement supérieur mais aussi l’interdiction de repasser un examen pendant un à 5 ans.

Etre pris en train de tricher revient à dire adieu à ses études, mais aussi au permis de conduire… Autant dire que les débuts dans la vie active sont plutôt difficiles dans ces conditions. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Sans hésitation, non. Mieux vaut travailler. Et au pire, en cas d’échec, une seule année sera perdue.

 

Pour en savoir plus :

Examens et concours, site du Ministère de l’Education Nationale

Les sanctions des fraudes aux examens et concours publics

Procédure disciplinaire pour les candidats au baccalauréat

Procédure disciplinaire dans les établissements publics d’enseignement supérieur

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.